Home La newsletter de décembre

La newsletter de décembre

La newsletter de décembre

Des nouvelles du Mouton Numérique en période de crise sanitaire

Nous sommes déjà en décembre et les moutons numériques n’ont pas chômé depuis la rentrée. Même si les confinements successifs ont bien sûr bouleversés notre programmation, nous avons préféré ne pas basculer nos événements en ligne – les moutons préfèrent gambader en troupeau dans le monde réel… La période a tout de même été féconde sur plusieurs autres plans !

Du point de vue organisationnel d’abord : le conseil d’administration se compose à présent de 6 personnes, et s’ouvre plus que jamais aux contributions extérieures. Du point de vue de l’activité ensuite : nous fonctionnons depuis la rentrée par groupes de travail, avec l’idée de produire des travaux de fond sur différentes thématiques dont nous vous parlons plus bas.

Nous n’excluons bien évidemment pas de remettre très bientôt sur pied nos formats habituels : conférences, débats et autres ateliers… D’ici à ce que l’air redevienne officiellement respirable, voici l’état de nos travaux et de nos activités depuis la rentrée :

— SURVEILLANCE —

En France, le durcissement sécuritaire et la gestion de la crise sanitaire semblent passer par le même canal : la surveillance, élevée au rang de substitut du liant social. Au programme : beaucoup de solutionnisme et très très peu de démocratie.

Rappel du contexte : la loi Sécurité globale a été adoptée à l’Assemblée en première lecture ce 24 novembre. Outre l’art. 24 qui restreint la diffusion d’images des forces de l’ordre, l’art. 20 étend l’exploitation de la vidéosurveillance, l’art. 21 permet la transmission en direct des caméras-piéton (reconnaissance faciale à la clé) et  l’art. 22 légalise l’utilisation de drones – y compris en manifestation. Des outils de surveillance désormais inscrits dans le droit et offerts aux forces de l’ordre, si ce n’est à des groupes de sécurité privés – dans l’optique des JO 2024. Le Sénat devrait se prononcer en janvier sur la loi. Le Mouton Numérique s’est opposé à cette loi (notre communiqué plus bas).

À cela s’ajoute le retour de la loi Avia par la voie européenne, la prorogation de l’usage des  boîtes noires du renseignement (et ce, malgré une condamnation de la justice européenne).  En matière de santé, les applications StopCovid/TousAntiCovid ont été érigées en outils incontournables de la stratégie de gestion de la crise sanitaire. 

Sinon, des bonnes nouvelles : un début d’accord européen pour limiter les exportations de technologies de surveillance. La ville de Portland (Maine) a rejoint les villes qui ont interdit la reconnaissance faciale. C’est peu, c’est loin, mais c’est possible.

Pour renforcer nos défenses immunitaires contre la surveillance, nous reprenons le travail, avec un chantier surveillance élargi. Lire le blog

— DÉMOCRATIE & TECHNOLOGIES —

Un chantier “démocratie technique” s’ouvre au sein de l’association. Il s’agit pour ce groupe d’étudier plus précisément des initiatives citoyennes récentes qui ont permis des évolutions institutionnelles à l’endroit des choix technologiques. Les nombreuses conférences de citoyens sur la 5G mises en place par des municipalités comme Paris, Poitiers ou Rennes en sont évidemment une illustration, mais comme annoncé sur Twitter, nous en cherchons d’autres ! Nous commencerons dans les semaines à venir une série d’entretiens avec différents acteurs afin de nourrir notre réflexion, et préparer différentes publications.

Ce sujet est important dans la mesure où, de plus en plus, technologies et détournements démocratiques se croisent. En Californie par exemple, un référendum a eu lieu afin de trancher sur le statut des travailleurs de la “Gig economy” (la “proposition 22”). Celui-ci a été remporté par les plateformes. Uber et Lyft ont à elles seules dépensé plus de 200 millions de dollars pour promouvoir le “oui”, allant jusqu’à afficher des messages sur les applications mobiles de leurs clients. La validité démocratique d’un tel procédé a été interrogée par Vice, une lecture que nous vous recommandons.

— TECHNOCRITIQUE & INTERSECTIONNALITE —

Peut-on être une association techno-critique sans prendre en compte les enjeux de discriminations et d’inégalités liés au genre, à la classe, à la race ou encore au handicap comme invitent à le faire les analyses féministes intersectionnelles dans l’étude des systèmes socio-techniques ?

Si on a une petite idée de la réponse, le Mouton Numérique se lance dans cette réflexion en commençant par le commencement : comprendre les analyses intersectionnelles promouvant ce type de démarche ; faire un état de l’art des travaux existants sur les technocritiques intersectionnelles… histoire de pouvoir proposer aux membres de l’association un premier temps de réflexion collectif sur ces enjeux début 2021.

Pour patienter : si vous avez du mal à saisir ce qu’est l’intersectionnalité, on vous conseille la conférence de la juriste Kimberlé Crenshaw à qui on doit le terme. Si vous voulez creuser les liens entre intersectionnalité et technologie, vous pouvez jeter un oeil à l’article “Race, intersectionnalité et études critiques du code informatique”, écrit par  Marc Jahjah, maître de conférences à l’Université de Nantes. Une bonne manière de commencer à ouvrir nos chakras numériques à d’autres questions. Lire l’article.

— ÉDUCATION — 

Le Mouton Numérique lance un chantier “Technocritique et éducation”. Ce groupe en cours de constitution définit en ce moment même ses orientations.

Ce sujet a pris toute son importance avec la crise du Covid et “l’enseignement à distance”. Après une période intense d’éducation en ligne, les écoles sont pour le moment rouvertes, pas les universités. Le Ministère de l’Éducation nationale a récemment tenu ses états généraux du numérique. Loin (très loin) de fondamentalement interroger la place du numérique à l’école, cet événement a relancé des vieux débats, à commencer par le mythe de la transformation des pratiques pédagogiques par le numérique. Ou l’importance de l’équipement pour pouvoir penser des usages. À lire pour faire un pas de côté : l’analyse de Ben Williamson qui revient sur le bouleversement en cours dans des universités “post-pandemic”

— TECHNOCRITIQUE & ÉCOLOGIE —

Le Mouton poursuit également ses réflexions sur le terrain de l’écologie. D’abord pour nourrir le débat sur les impacts environnementaux des technologies, ensuite pour explorer l’émergence des démarches Low-tech. 

Sur ce sujet, notons plusieurs publications récentes particulièrement intéressantes. Le chercheur et designer Gauthier Roussilhe vient de publier, pour le compte de l’association Design Commun, un guide complet pour appréhender les enjeux environnementaux du numérique : Situer le numérique. À lire également, le dernier rapport du Shift Project ‘Déployer la sobriété numérique’ qui propose un début de méthodologie pour évaluer la “pertinence énergétique” des infrastructures numériques ainsi qu’une feuille de route pour guider les entreprises dans le pilotage environnemental de leurs projets numériques.

La Pensée Écologique, quant à elle, a publié un dossier consacré à la low-tech afin d’ouvrir la réflexion sur les choix technologiques à opérer en ces temps de crise écologique et sanitaire profonde, et s’attèle à en explorer toutes les potentialités pour affronter ces événements. Accéder au dossier.

Enfin, face aux multiples barrières culturelles et politiques auxquelles la low-tech se heurte pour pouvoir se généraliser, Usbek & Rica s’est penché sur le rôle des arts et de la culture pour encourager leur rayonnement au sein de la société. (Un article rédigé par Christelle Gilabert, par ailleurs l’une de nos moutonnes !)

— ACTUS MOUTON — 

Contre la loi Sécurité globale 

La proposition de loi LREM sur la Sécurité Globale menace nos libertés fondamentales. Elle intervient dans un contexte où ces libertés sont déjà très érodées et vient renforcer, sinon sanctuariser, ce recul très inquiétant des principes démocratiques au profit d’un régime de surveillance de masse. Le droit à manifester, ou encore à documenter les violences policières, sont aujourd’hui en grand danger. Lire notre communiqué.

Récentes interventions des Moutons Numériques 

Le 19 novembre : la table ronde « Tous suspects, tous surveillés » de Le Vent Se Lève du 19 novembre 2020 pour décrypter la Loi Sécurité Globale, à laquelle nous avons participé.

Le 28 novembre : intervention commune entre Le Mouton Numérique et La Quadrature du net, dans le cadre de la consultation citoyenne lancée par la mairie de Paris sur la 5G. Nous avons ainsi pu éclairer 16 citoyens et citoyennes tiré.es au sort sur les enjeux politiques et de liberté liés au déploiement du nouveau réseau de télécommunication mobile.

Et nous, on se voit quand ?

Plusieurs événements physiques sont en préparation au Mouton Numérique. Nous espérons pouvoir vous en dire plus très bientôt… D’ici là, n’hésitez pas à nous contacter si l’un ou l’autre de ces sujets vous intéresse : les groupes de travail sont ouverts !

Author: Mouton Numérique

Eclairer la société qui innove

Website: https://mouton-numerique.org

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *